Raina Chaussoy

Artiste peintre – Painter


 

 

Raina

Des origines polynésiennes

Née à Raiatea, l’île sacrée, Raina CHAUSSOY vit à Nouméa où elle exerce le métier de psychologue clinicienne. Polynésienne, elle revendique une sensibilité profondément océanienne. Elle a baigné dans le monde de la peinture depuis son enfance où elle exerçait déjà ses talents d’artiste peintre en herbe. Descendante d’une lignée d’artistes – et notamment d’Octave Morillot – la jeune tahitienne acquiert vite son style. C’est avec son père, l’artiste peintre Gilbert Chaussoy, qu’elle apprend diverses techniques. C’est également lui qui lui offrit son premier coffret de pastels devenus l’un de ses médiums de prédilection avec le fusain et la pierre noire. « J’aime le côté tactile que nécessite cette technique ainsi que sa spontanéité : on applique le pastel directement sur le support et l’intensité de la couleur dépend entièrement de la pression de la main. Il s’agit d’un mode d’expression picturale qui me plaît aussi pour sa luminosité et l’intensité des couleurs » explique Raina.

Le rapport sensuel et affectif à son île, à la terre, à la mer se traduisent dans ses tableaux par la présence d’éléments forts de la nature qui possèdent un caractère sacré: uru, tortues, va’a, marae, …

Des œuvres encrées dans le pacifique

C’est pourquoi ses œuvres prennent leurs racines dans les îles du Pacifique où se conjuguent si bien la solidité de la pierre, la légèreté du féminin et les mythes aériens. Atoll ou volcan assoupi, quelque chose de fort et de lointain donne à rêver. Il n’est pas jusqu’au regard d’un homme égaré dans le paysage urbain de Nouméa ou d’un pêcheur au harpon sur une patate de corail qui ne contienne cette part de rêve et d’ailleurs. Autant de paysages intérieurs, à l’horizon des yeux et aux rivages des lèvres… Tous ces personnages familiers transcendent les couleurs du quotidien et imposent une présence qui semble échapper au temps. Le trait de l’artiste est précis et léger comme ces loriquets multicolores qui expose l’âme discrète et puissante d’une jeune océanienne : ce n’est pas le portrait d’une personne qui sort d’un décor, c’est un monde flamboyant qui émane du regard de chaque visage et c’est, chaque fois, un nouveau voyage océanien, avec sa nostalgie, ses exploits, sa violence, ses espoirs… A l’image des îles volcaniques du Pacifique et des cultures qu’elles abritent, menacées et résistantes, s’imposent ces femmes, fragiles et si fortes, stylisées, sublimées, rêvées, qui émergent de la toile et déclinent l’Océanie avec ce mélange particulier de douceur et puissance. « La femme est au cœur aussi bien des fantasmes que des réalités sociétales les plus rudes. J’ai tendance à penser que c’est à travers elle que la société doit trouver des solutions à ses problèmes et améliorer aussi la qualité de son imaginaire » exprime l’artiste. Il fallait être océanienne pour savoir peindre ces mondes intérieurs, pour donner enfin au silence de ces visages les couleurs propres à ces îles bien réelles qui flottent aussi dans notre imaginaire.

Plusieurs fois lauréate d’un prix de la Direction de la culture de la Province Sud, Raina propose une exposition tous les ans depuis 2012 à la galerie Arte Bello.

Polynesian background

Raina was born in Raiatea, the sacred island. She lives in Noumea where she works as a psychologist. As a native of Polynesian, she claims a deeply Oceanian sensibility. She has been immersed in art and painting from her childhood, when a budding artist.

As a member of artist lineage – notably Octave Morillot – the young Tahitian girl soon finds her style. She learns various techniques with her father Gilbert Chaussoy who offers her her first pastel box which became her favorite medium together with charcoal and black stone. She explains: “I like the touch and the spontaneity of this technique: pastel is applied directly on a medium and the intensity of colour entirely depends on the pressure exerted. I like this way of painting because of the effect of light and intense colours it implies.”

The sensual and amotional relation with her island, the earth and the sea is present in her paintings through strong natural elements which convey a sacred meaning: uru, purpoises, va’a, marae, etc…

Works ingrained in the Pacific region

Her works are rooted in the Pacific islands so deeply mixing the strength of stone, the softness of the feminine and aerial myths. Atoll or dormant volcano are all very strong and far away elements inducing dream.

A man either lost in the city of Noumea or fishing with a harpoon on a coral reef has a spark of dream and “elsewhereness” in his eyes with many deep inside visions ebbing from his lips.

All of the familiar characters in her paintings transcend airily colours and anchor their presence in endless time. The artist stroke is precise and light like the multicolour lorikeets, unveiling the discreet and strong soul of Oceanian youth. It is not a portrait in a background, but a flamboyant world springing from the eyes in each face. Each time, it is a new Oceanian voyage, bathing in nostalgic feats of violence and hopes…

Just like the volcanic islands of the Pacific and the various cultures they harbour, the women come forward, fragile and strong, under threat but resilient, stylized, idealized, like in a dream ebbing from the canvas. They spell Oceania with this very distinctive mix of softness and power.

The women are present in many fantasies as well as in the roughest social context. I am inclined to think that society must find solutions to its problem through women but also change and improve the way it sees them”, says the artist.

One had to be Oceanian to be able to transcribe all the various inner worlds in painting, to eventually give the real and silent faces their particular light and colours that fancy creates.

She has received several Art awards from the Direction of Culture of the South Province. Since 2012, she has been exhibiting her work every other year at the Arte Bello gallery.